PER – Plan épargne retraite

La loi PACTE de 2019 a assoupli les conditions de sortie des contrats retraite de type Madelin ou Perp en créant le plan épargne retraite PER.

Avec le PER les cotisations restent déductibles du revenu professionnel (idem que Madelin ou Perp) mais la sortie donne le choix entre rente viagère ou capital ou un mix des deux, et ceci en une ou plusieurs fois. A noter que -contrepartie de la déduction fiscale de vos versements– le capital et la rente seront fiscalisés en sortie.

Si vous avez déjà un contrat Madelin et/ou Perp, il n’y a pas d’urgence mais vous pouvez vous intéresser au PER car il est à même de recevoir les capitaux de ces « anciens » contrats retraite.
NB : si c’est la sortie en rente qui vous motive, il est probable que votre contrat plus ancien donnera un taux de conversion meilleur qu’un contrat PER ouvert en 2020.

Si vous n’avez pas souscrit de Perp, c’est encore possible jusqu’au 30/09/2020 et cela peut avoir de l’intérêt dans certains cas particuliers.
N’hésitez pas à nous contacter.

Prix Agipi monde durable, à Lyon

Agenda A2, startup auvergnate, a été finaliste du prix Agipi Monde durable le 5 juin 2018

Agenda A2 est une solution digitale qui permet aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, à leurs familles et aux aidants de mieux vivre leur quotidien. Les aidants remplissent et actualisent à distance, via un smartphone ou un ordinateur, l’agenda de la personne malade qui s’affiche sur un VisioAgenda (tablette sans manipulation).

Cumul emploi-retraite : le délai de carence

Les retraités sont autorisés à retravailler chez leur ex-employeur : un délai doit être respecté entre leur départ à la retraite et la reprise d’activité sous peine de sanction.

Non seulement il est possible de retravailler à la retraite, mais en plus, on peut le faire dans son ancienne entreprise. Grâce au cumul emploi-retraite (CER), les salariés retraités peuvent cumuler leur pension de vieillesse et un revenu d’activité. Cette disposition vaut également pour les fonctionnaires qui peuvent, à la retraite, travailler dans leur administration, collectivité locale ou hôpital public.

Le CER est autorisé chez son ancien employeur (public ou privé) à une condition : respecter un délai d’au moins six mois entre le départ à la retraite et la reprise d’activité. En cas de non-respect, la sanction est lourde comme l’a souligné une circulaire de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) datée du 12 décembre 2017. Si la reprise d’activité a lieu trop tôt, la pension de retraite est suspendue.